L’Europe en Crise

Commentaire par Louis VIS

‘L’Europe se fera dans les crises et elle sera la somme des solutions apportées à ces crises.’ (Jean Monnet 1988)

Parlement Grec au coeur de la crise politique européenne - domaine publique
Le parlement grec au coeur de la crise politique européenne – domaine publique

Trente ans après ces mots de Jean Monnet dans ses Mémoires, cette phrase semble toujours d’une extrême actualité concernant l’Union Européenne (UE). Alors que l’UE sort peu à peu et difficilement de la plus grosse crise de son histoire (crise économique de 2007-8), une nouvelle crise se profile à l’horizon, cette fois politique, et probablement encore plus dangereuse. Les derniers événements survenus en Grèce suffisent à nous montrer le chaos qu’une crise politique peut créer en Europe. Ayant pris les rênes d’un pays qui pour la première fois depuis le début de la crise économique, avait enfin renoué avec une croissance économique, Alexis Tsipras et son parti « Syriza » ont réussi à replonger la Grèce dans la tourmente, anéantissant par la même occasion toutes les actions positives et les reformes de l’ancien gouvernement. Qui plus est, durant les négociations en vue d’ un troisième plan de sauvetage, M. Tsipras n’a rien trouvé mieux que de se mettre ses partenaires à dos au pire des moments. Au final, malgré l’accord de dernière minute trouvé entre la Grèce et le reste de la zone Euro, les tensions et incertitudes quant à l’avenir de la Grèce en Europe sont loin d’être résolues.

La Grèce n’est malheureusement pas le seul problème au sein de l’UE. Il suffit de regarder les résultats des dernières élections européennes pour se rendre compte de l’état de crise. En effet, les partis populistes et anti-européens comme le Front National (FN) en France ou le United Kingdom Independence Party (UKIP) au Royaume-Uni sont arrivés en tête dans leurs pays respectifs. L’Espagne, elle, a vu un nouveau parti de gauche relativement extrémiste, « Podemos », arriver quatrième avec 7% des voix ; en Italie, le parti d’extrême droite « MoVimento Cinque Stelle » (M5S) est arrivé en deuxième position avec pas moins de 21% des suffrages ; aux Pays-Bas, le parti d’extrême droite « Partij Voor de Vrijheid » (PVV) s’est hissé à la troisième place avec un total de 13%; en Hongrie, « Jobbik » a réuni 14% des voix et fini deuxième ; tandis qu’en Allemagne, pays réputé pour sa stabilité politique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le parti « Alternative Für Deutschland (AfD) a fini cinquième avec 7% des suffrages. Or, l’UE dépend fortement de l’engouement populaire pour son succès. Les résultats des élections de 2013 sont par conséquent un vrai coup de semonce pour l’idéal européen et prouvent que le risque de populisme est actuellement très concret.

Après les élections britanniques qui ont scellé une majorité conservatrice et par conséquent assuré un futur référendum sur le désir du pays de rester dans l’UE, ainsi que l’annonce d’élections dans plusieurs autres pays membres au cours des deux prochaines années – l’Espagne en novembre 2015, le Portugal et l’Autriche en 2016 et l’Allemagne et la France en 2017 – l’Union européenne et son projet d’unification arrivent à la croisée des chemins. Il reste à espérer que Jean Monnet aura une fois de plus raison et que l’Europe sortira de cette crise plus forte et plus solidaire. Dans le cas contraire, c’est tout le projet d’unification de l’Europe qui devra sans doute faire face à une fin prématurée.

D’AUTRES ARTICLES:

04 08 15

18 45 14

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s