Euroscepticisme au Niveau National

Commentaire par Louis VIS (English Translation)

L’euroscepticisme est un terme d’une grande complexité qui est utilisé pour décrire toutes attitudes négatives envers l’idéal européenne d’intégration. Pour mieux comprendre ce terme, il faut donc le diviser en deux grands groupes. L’euroscepticisme « modéré » qui caractérise ceux qui s’opposent à certaines politiques mais qui restent tout de même en faveur de l’Union Européenne (UE) et l’euroscepticisme « extrême » qui caractérise ceux qui s’opposent au projet d’intégration à part entière, tel que le Front National (FN) en France. Dans cet article nous allons analyser et comparer l’évolution du taux d’euroscepticisme en Europe durant les dix dernières années. Ceci nous permettra de mieux comprendre la géographie du problème.

En utilisant les données du « European Election Survey » ou EES, nous avons utilisé l’unification européenne comme axe vertical et les Etats Membres comme axe horizontal. En créant une régression linéaire multiple nous avons donc construit trois graphiques différents représentant les divers taux de soutien envers l’idéal d’unification européenne dans chaque Etat Membre en 2004, 2009 et 2014. Il faut rappeler que notre Y est gradué de 1 à 10 ou 1 représentant ceux pour qui l’unification européenne a déjà été poussée trop loin et ou 10 représente ceux pour qui l’unification européenne devrait être poussée plus loin. Voici ce que nous avons trouvé :

 

En regardant nos résultats, nous constatons que, ceteris paribus, le Royaume Uni (qui comprend la Grande Bretagne et l’Irlande du Nord) est bel et bien l’Etat Membre le plus opposé à l’idéal d’unification et donc le pays le plus eurosceptique sur les dix dernières années. Malgré le fait qu’en 2009 la Lettonie donne l’impression d’être encore plus fortement eurosceptique, son résultat ne peut pas être considéré comme assez représentatif du fait qu’il est statistiquement non-significatif (>0.05). De plus, nos résultats démontrent que ce sont bien les nouveaux Etats Membres et les pays du Sud de l’Europe qui sont les plus enthousiastes quant à l’idée d’une plus grande unification européenne. En effet, si l’on regarde le graphique de 2004, nous voyons que les nouveaux Etats Membres et les pays de l’Est sont bien plus proches de « 10 » que les autres. De même en 2009 nous voyons que la Bulgarie et la Roumanie sont dans le même cas de figure. La plus grande surprise ici, vient du fait que même si nous analysons les Etats Membres les plus affectés par la crise économique (le Portugal, l’Irlande, l’Italie, l’Espagne, la Grèce et Chypre) nos résultats démontrent que leurs taux d’euroscepticisme n’ont pas augmenté autant que prévu. En effet, malgré le fait que les taux d’euroscepticisme dans les pays ont tout de même augmentés, ceci n’a rien de dramatique et reste beaucoup moins élevé que les autres Etats Membres.

Notre analyse démontre donc que le Royaume-Uni est bien le pays le plus opposé à l’idée unification Européenne. Rien de très rassurant en vue du referendum de Juin. De plus nous apprenons qu’en réalité malgré la crise économique, les nouveaux Etats Membres et pays du Sud de l’Europe restent les plus enthousiastes à l’idée d’unification européenne.

Notes:

Capture d’écran 2016-03-15 à 23.22.53
Graphique 1: Graphique pour 2004 – par Louis Vis
Capture d’écran 2016-03-15 à 23.22.43
Graphique 2: Graphique pour 2008 – par Louis Vis
Capture d’écran 2016-03-15 à 23.22.35
Graphique 3: Graphique pour 2012 – par Louis Vis

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s